« 1,5 million de personnes suivent actuellement une formation en design en Chine ». Le doyen de l’Université polytechnique de Hong Kong, Cees de Bont est titulaire d’un doctorat en design industriel. « Nous enseignons le design à ces étudiants, mais nous ne savons pas exactement ce qu’ils vont faire plus tard. Le design est devenu une compétence omniprésente. »

En effet, l’omniprésence des processus de design fait son chemin dans tous les domaines et peut avoir une influence durable sur la gestion des entreprises, la conception des produits et à quoi ressemblent les lieux de travail.

L’inclusion du design dans les pratiques de travail traditionnelles est parlant. Il est omniprésent dans la commercialisation de l’art, ainsi que dans l’architecture, l’ingénierie, les sciences sociales et la finance. Les cabinets de conseil comme le mien l’incluent dans leurs offres de services, en déployant des méthodologies de conception réfléchies pouvant générer des résultats commerciaux.

Le design change

Grâce à l’interaction avec d’autres disciplines, un processus d’enrichissement mutuel a commencé: les pratiques de design ont elles-mêmes changé. Dans les écoles de design du monde entier, la rigueur de la formation en design a atteint de nouveaux sommets, englobant des éléments liés au contexte (à forte intensité de connaissance), au but (innovation sociale) et à la nature (les concepteurs en tant que facilitateurs).

Dans ce dernier cas, j’ai écrit dans Metamorphosis et People of the Valley, à quel point le biomimétisme gagne en popularité et en applicabilité, grâce aux progrès réalisés dans les domaines de la recherche scientifique et de l’informatique. On peut le constater avec l’invention des « Japanese Shinkansen », les trains à haute vitesse, qui place la barre très haute.

Le retour sur investissement du design

En octobre 2014, De Bont a parlé dans lors d’une formation au « Creative Bangkok » du nouveau bâtiment de l’école de design, Hong Kong Poly. Conçu et construit par l’architecte iranienne Zaha Hadid, le bâtiment a coûté cinq fois plus cher qu’un bâtiment ordinaire dans des conditions similaires. Mais selon son doyen, cela en valait chaque centime.

Nous commençons à voir des résultats clairs sur la manière dont les investissements dans le design peuvent produire des résultats en dollars réels à terme; par l’attraction de talents certes, mais aussi par une productivité accrue grâce à l’ergonomie, à l’efficacité physique de la circulation et à l’inspiration via la beauté.

L’intégration du design dans de nouveaux domaines promet d’aboutir à des résultats qui se focalisent sur l’idée d’interaction, notion centrale dans tous les produits, services et expériences contemporains. Cela rendra nos efforts privés et publics plus utiles, mais aussi plus agréables et plus humains. Et comme plusieurs autres combinaisons surprenantes, cela produira des choses auxquelles nous ne pouvons nous attendre ni même imaginer.

Articles similaires:

Francis Gosselin

Author Francis Gosselin

Francis est docteur (Ph.D.) en sciences économiques de l'Université de Strasbourg. Diplômé de HEC Montréal en Affaires internationales, il a travaillé au sein de nombreuses administrations au Canada, en France et aux États-Unis, dans le domaine de la culture et du développement économique.

More posts by Francis Gosselin

– – –