Avec son développement et son déploiement à un rythme sans précédent depuis 2010-2012, l’énergie solaire photovoltaïque est sans doute l’énergie renouvelable connaissant le développement le plus rapide. L’année 2018 a vu une installation massive de panneaux photovoltaïques avec l’ajout d’une capacité d’environ 102 GW dans le monde, soit l’équivalent de 18 centrales Robert-Bourassa, en 12 mois seulement.

Le prix des panneaux solaires photovoltaïques continue de dégringoler plus rapidement qu’anticipé. En 2015, la facture était de 0,65 $ US le kW et aurait dû selon les précédentes estimations atteindre 0,40 $ US en 2040. Cependant, le prix était déjà de 0,37 $ US dès 2017, puis se situait à environ 0,25 $ US aussitôt qu’au troisième trimestre de 2018.

La chute du prix des panneaux photovoltaïques : deux chocs

L’incroyable dégringolade des prix du solaire s’explique en deux temps :

1. Depuis les dernières années, la Chine a investi massivement dans la production et l’installation de centrales solaires. Cet investissement était de 126,6 milliards $ US en 2017, soit trois fois plus que les États-Unis ou l’Europe. L’entrée des panneaux photovoltaïques chinois sur le marché mondial a fait diminuer les prix de près de 50 % entre 2013 et 2017.

2. Un deuxième choc se produit le 31 mai 2018 lorsque la Chine annonce la fin des subventions dédiées à l’installation de centrales solaires sur son territoire. Ce changement a entraîné une baisse drastique et soudaine de la demande et a créé un surplus sur le marché. Cela a non seulement eu pour effet d’annuler la légère hausse des prix prévues dû à la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, mais même de faire plonger encore plus les prix. Cette dernière baisse de prix serait évaluée à approximativement 30% selon les dernières estimations.

Stabilisation à venir

La chute des prix devrait cependant être prochainement stabilisé par la pression des coûts.

Les coûts relatifs à une installation solaire comportent non seulement l’amortissement de la valeur du panneau, mais également la valeur des charges d’équipements et de main-d’œuvre nécessaires à l’installation. Les coûts autres que les coûts des panneaux sont appelés soft costs. Ces coûts ne baissent pas et tendent au contraire à augmenter au rythme de l’inflation.

Les coûts des panneaux étant de moins en moins chers, les soft costs représentent une part de plus en plus importante du prix au kW. Il faut donc s’attendre à ce que la chute de prix ralentisse pour arriver prochainement à une stabilisation. Cela ne devrait toutefois pas ralentir la croissance du secteur, qui devrait rester exponentielle à plus de 12% annuellement dans le monde jusqu’en 2022 selon les prévisions de SolarPower Europe.

 

Articles similaires:

Ismaël Gueymard

Author Ismaël Gueymard

Ismaël a étudié en gestion à l’Université Paris-Dauphine ainsi qu’en sociologie et en gestion internationale à l’Université du Québec à Montréal. Trinational, il a acquis des expériences professionnelles et académiques au Canada, aux États-Unis et France. Ismaël se spécialise en immobilier, en infrastructures et en technologies.

More posts by Ismaël Gueymard

– – –