Le 16 janvier dernier le journaliste et animateur Patrick Masbourian animait avec bonhomie et doigté un débat captivant autour de l’intelligence artificielle (IA) dans le cadre la série Les porte-voix, une initiative de la Grande Bibliothèque de Montréal.

Le débat avait pour mission de vulgariser ce phénomène omniprésent mais méconnu et on peut affirmer que les quatre experts invités l’ont remplie avec succès. 

Philippe Beaudoin, vice-président à la recherche d’Element AI, Matthieu Dugal, journaliste, animateur de l’émission Moteur de recherche à ICI Radio-Canada Première et spécialiste des nouvelles technologies, Layla El Asri, chercheure en intelligence artificielle chez Microsoft et Martin Gibert, chercheur en éthique de l’intelligence artificielle à l’Université de Montréal se sont livrés à une discussion passionnante, émaillée d’exemples concrets, parfois amusants, parfois touchants, parfois inquiétants. Leur capacité à vulgariser leurs univers et leurs champs de compétence a permis de rendre accessible et tangible un contenu parfois ardu.

Les participants à cette rencontre en sont sans doute sortis avec une meilleure compréhension du terme, de son histoire et de son évolution. Ils ont également pu se faire une représentation plus précise des différentes formes d’intelligence artificielle.

L’animateur et les quatre panélistes ont réussi à maintenir les échanges à un niveau tout à la fois fructueux, intéressant, ludique et respectueux grâce à la formule de la série Les porte-voix, qui permet aux participants de poser des questions et de réagir en votant à l’aide de cartons de couleurs.

Faut-il se méfier de l’IA?

Si on se fie aux résultats des votes dans la salle, les participants avaient, au départ, une certaine difficulté à définir clairement ce qu’est l’intelligence artificielle, mais la majorité des gens présents étaient d’accords pour dire que l’intelligence artificielle influence notre quotidien et transforme nos vies.

Faut-il se méfier de l’intelligence artificielle? Pour les panélistes, c’est l’évidence et une très grande majorité des gens présents étaient d’accord. Donc, oui, à la technologie, oui, au progrès et à la recherche, entre autres dans le milieu de la santé, qui est semble-t-il, de plus en plus réglementé. Oui, aux possibilités illimitées dans les arts et autres secteurs en croissance. Mais non, à l’intrusion dans la vie privée des gens, non à la segmentation ou au profilage, non à l’utilisation à mauvais escient des données recueillies par les géants du web.

Conclusions de la soirée : il faut rester vigilant et suivre de près cet enjeu de société. Il faut rester connectés et informés sur ce qui se passe dans notre communauté, notre ville, notre province, notre pays et le monde.

Souhaitons que nos gouvernements rattrapent le retard et le décalage entre l’arrivée de certaines technologies et leur capacité à bien les réglementer ou à légiférer.

OUI à l’évolution, NON à l’intrusion et à la manipulation.

Guylaine Levert

Author Guylaine Levert

Directrice Chez le Groupe SAGE depuis plus de 25 ans, Guylaine cumule une vaste expérience dans l'accompagnement auprès de gestionnaires et d'employés. Développer des cultures de service, créer des expériences marquantes et contribuer au succès de ses partenaires sont des cibles qui l'animent.

More posts by Guylaine Levert

– – –